Lexique


beer 257 définitions dans le lexique.


beer Chercher une définition :


beer Chercher par première lettre : A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z #

Afficher toutes les définitions

MOTDEFINITION
CoagulationLa coagulation des protéines du malt (composants azotés) et d'acides aminés sous l'effet de la chaleur forme les albumines ou la cassure à chaud. Ce phénomène contribue à diminuer le trouble à froid de la bière car une partie des protéines a déjà coagulé, on obtient ainsi une bière plus limpide.
Cold crashConsiste à descendre rapidement la bière à température extrêmement froide (1-5°C) pour obtenir une clarification de la bière pendant 2 à 3 jours. Cette technique permet de faire sédimenter la levure et les résidus de houblon après un dry hopping par exemple.
Cold SteepingLe Cold Steeping littéralement « trempe à froid » consiste à faire macérer des grains de malts ou céréales torréfiées concassés finement ou moulus dans de l’eau à température ambiante afin d’en dégager les arômes de grillé et la couleur issus de la torréfaction mais d’en limiter l’extraction des tanins qui donnent un résultat acide et âcre. On obtient ensuite un jus noir et très doux qui peut être intégré dans le moût à divers moments après l’étape de brassage.
ConcassageL'opération de concassage du malt consiste, comme son nom l'indique, à écraser les grains de malt afin de les réduire en farine grossière. Le malt séché est broyé dans un concasseur à cylindres striés ou un moulin à malt. Pendant ce concassage, le contenu du grain est expulsé de son enveloppe. Ceci a pour but de réduire le malt et de permettre une meilleure extraction des enzymes et des sucres.
ContaminationUne infection est due à la présence en nombre de bactéries ou levures sauvages. Elle résulte le plus fréquemment d'un manque d'hygiène pendant la préparation du moût ou de sa fermentation. Une bière contaminée ne présente aucun danger mortel pour le consommateur. De part son pH élevé, le côté antiseptique du houblon, et l'absence d'oxygène dès que la fermentation a démarré, la bière est relativement peu colonisable par les bactéries, on en dénombre cependant quelque unes : Lactobacillus (goût acide prononcé), Acétobacter bactérie du vinaigre (goût et odeur de vinaigre), Zymomonas mobilis (odeur et goût de pomme pourrie), Levure sauvage (goût de cidre).
CoriandreSouvent confondus avec des graines, les fruits de la coriandre ont un diamètre de quelques millimètres et sont creux et de couleur brun clair à beige. Ils sont usuellement utilisés séchés et leur parfum est subtilement orangé. La coriandre est souvent utilisés comme épice dans les bière belges et principalement les bière blanches.
CorpsTerme utilisé pour caractériser la teneur en bouche de la bière. Le corps est provoqué par le taux plus ou moins important de sucres non fermentés et de protéines. Ainsi une bière foncée, forte et bien maltée aura un corps plus important qu'une bière claire et faiblement maltée parce qu'elle contient plus de sucres non fermentés.
Craft BeerAussi appelée Bière Artisanale ou bière maison dans le cas d'une bière issue du brassage amateur par exemple. Ce terme désigne une bière réalisée à petite échelle dans une microbrasserie indépendante avec des ingrédients de qualité et qui va en opposition à la bière industrielle de masse détenue par un grand groupe brassicole.
Cuisson du moûtLe moût est porté à ébullition vigoureuse dans une chaudière à moût pendant quelques heures (1 à 3 heures). La cuisson permet de stabiliser et de stériliser le moût mais c'est aussi à cette étape que le houblon est ajouté au moût. Son rôle est important, il fournit au moût, par l'intermédiaire de ses résines, deux acides qui stérilisent et conservent et donnent l'amertume à la bière. Pour garder un peu des huiles essentielles du houblon on l'incorpore une première fois après une heure de cuisson et on en ajoute de temps en temps jusqu'à la toute fin. Les résines de houblon sont difficiles à extraire, c'est pourquoi une longue cuisson permet de coaguler les protéines et de solubiliser ses résines amères.
Cuve Cylindro-coniqueC'est une cuve généralement en inox permettant la fermentation de la bière. Sa capacité est de taille variable. Une fois le moût transféré à l'intérieur, il est ensemencé avec une levure de fermentation haute ou basse. La forme de la cuve cylindrique avec un cône en dessus, permet aux levures de décanter, un robinet permet de soutirer les levures mortes au fur et à mesure que la fermentation progresse et rendre ainsi la bière plus limpide.
Cuve de fermentationEn brasserie : Aussi appelé tank de fermentation, c'est une grande cuve (généralement en inox) permettant la fermentation primaire de la bière. Sa capacité est de taille variable, elle doit correspondre à la taille de la cuve matière ou alors du brassin effectué dans le cas où plusieurs brassins sont rassemblés. Une fois le moût transféré à l'intérieur, il est ensemencé avec une levure de fermentation haute ou basse. La fermentation va durer environ une semaine. Brassage amateur : Il s'agit en général d'un seau en plastique ou d'une tourie en verre, de taille variable, muni d'une bonde (barboteur) permettant de laisser sortir le CO2 généré pendant la fermentation.
Cuve de gardeEn brasserie : Après la fermentation, la bière est stockée dans une cuve de garde pendant environ un mois. Pendant la garde la bière mûrit à une température très basse (proche de 0°C). Au cours de la garde, sucres et levure continuent de travailler, tout en produisant du gaz carbonique et la bière prend tous ses arômes. La bière va se clarifier et acquérir naturellement sa brillance. Brassage amateur : La garde est souvent appelée fermentation secondaire, elle consiste à transférer la bière après la fermentation dans une autre cuve pour y subir une seconde fermentation. Cette étape permet d'améliorer le goût final du produit, et de supprimer des arômes indésirables provenant des résidus de la première fermentation. Elle permet aussi d'avoir moins de dépôt de levure (lie) dans le fond des bouteilles.
Cuve filtreCette cuve permet de séparer la partie solide (drêches) de la maïsche de la partie liquide (moût) après l'empâtage. Il s'agit souvent de la même cuve que la cuve matière dans la quelle on place un fond filtrant ou bien dans un usage plus artisanal, une tresse inox.
Cuve matièreC'est la cuve en acier inox (ou cuivre) qui permet la réalisation de la première étape du brassage, l'empâtage elle peut être de différente taille selon les brasseries. Sa quantité est en général exprimée en hectolitres. Elle est équipée d'une cheminée afin d'extraire les vapeurs lors de la chauffe du malt dans l'eau. Certaines brasseries fonctionnent avec plusieurs cuves matières, ce qui permet de réaliser un brassin plus important. Cette cuve possède des fois un double fond permettant la filtration du moût une fois l'opération d'empâtage terminée.
Dame-JeanneUne dame-jeanne ou tourie ou bonbonne est une grosse bouteille le plus souvent en verre, souvent protégée par de l'osier tressé à même la paroi et servant à la conservation et au transport de boissons (alcools, acides, etc.). De forme sphérique, aplaties à la base, elles sont surmontées d'un goulot d'environ 50 mm de diamètre. Leur contenance va de 5 à 50 litres environ. Beaucoup de brasseurs amateurs utilisent ces conteneurs en guise de fermenteur en plaçant un barboteur sur le bouchon.
DDHSignifie Double Dry Hopping, on réalise deux houblonnages à cru successifs afin de renforcer les parfums des houblons aromatiques. Généralement un pendant la première partie de la fermentation et un second en fin de fermentation. On trouve souvent cette dénomination sur des IPA (ex Mosaic DDH IPA).
DemiLe demiard était une unité de volume utilisée en France au Moyen Âge correspondant à la moitié d'une chopine, soit approximativement 25 cl.
DenseOn dit qu'une bière est dense ou ronde quand on boit une bière qui a du caractère, généreuse, et laissant un goût en bouche. Cette caractéristique s'adresse plutôt aux bières maltées et fortes.
DensimètreInstrument en verre gradué servant à mesurer la densité de la bière ou d'un liquide (matières sucrées dissoutes dans la bière).
DensitéLa densité est le rapport de la masse volumique d'un corps sur la masse volumique de l'eau. Plus une bière est dense, plus elle aura tendance à être riche en alcool. La densité est mesurée une première fois sur le moût avant la fermentation. Puis une seconde fois après fermentation. Elle mesure donc la quantité de sucres non dissous dans la bière et sert à évaluer le taux d'alcool final de la bière.
DextrineIl s'agit d'un sucre non fermentescible crées par l'action de la beta amylase qui décompose l'amidon en dextrines. Les dextrines résiduelles sont appréciées car elles contribuent au caractère de la bière en y apportant du corps.
DécoctionC'est une des deux méthodes de brassage pour favoriser l'extraction des sucres, originaire des pays germaniques. Le mélange malt et eau est placé dans la cuve matière. Un certain volume de la maische est prélevé et est porté à ébullition puis réintroduit dans la cuve matière. Ce processus permet d'élever la température de l'ensemble dans le but d'obtenir la température de palier voulue. Cette opération est répétée à chaque changement de palier, on parle alors de méthode à une, deux ou trois trempes, selon le nombre de paliers.
DégermageOpération qui consiste à séparer le germe du grain d'orge une fois le touraillage effectué.
DIPAImperial IPA (IIPA) ou Double IPA (DIPA) : ce terme qui s'apparente au mot imperial de Imperial Stout désigne une IPA plus chargée en malts, en houblons et donc en alcool. Au goût elle sera donc plus forte et plus amère qu'une IPA classique. On utilise aussi le terme de Double IPA qui peut ainsi rappeller la classification historique des bières d'Abbayes (enkel, dubbel, tripel, quadrupel).
DiacéthyleLe diacéthyle est souvent décrit comme ayant un arôme de beurre rance ou de popcorn. Ces arômes sont recherchés pour beaucoup d'ales par exemple, mais dans d'autres types de bières elles sont indésirables et peuvent provoquer des arômes rances. Les diacéthyles peuvent être le résultat d'une fermentation normale mais aussi celui d'une infection bactérienne. Les diacéthyles sont produit au début de la fermentation par les levures et sont petit à petit assimilés jusqu'à la fin de la fermentation.
DMS (sulfure de diméthyle)Le sulfure de diméthyle (DMS) est courant dans la plupart des bières légères de type lager, et fait partie du caractère de ce type de bière. Le DMS est produit de manière naturelle et continue par le moût pendant qu'il est chaud et disparaît avec la vapeur pendant la cuisson. Si le moût est refroidit trop lentement il va se dissoudre dans celui-ci. Il vaut donc mieux ne pas couvrir totalement la cuve d'ébullition pendant la cuisson afin qu'il puisse s'évacuer avec la vapeur et refroidir rapidement le moût avec un refroidisseur pour éviter les faux goûts.
DoppelbockLa Doppelbock est une bière de fermentation basse, forte en alcool et brassée essentiellement dans le sud de l'Allemagne. Une spécialité de Bavière, à l’origine brassée par les moines de Saint François. Les versions originelles étaient moins bien atténuées que les interprétations modernes du style, produisant donc une bière plus sucrée et moins alcoolisée. L’expression « doppelbock » provient des consommateurs munichois. Elle peut être blonde ou brune. Elle diffère de la Bock du fait qu'elle soit brassée avec une densité primitive de moût entre 18% et 21% plato, ce qui constitue ainsi une variété de Bock. On distingue les Doppelbock au-delà de 18%.
DoubleL'appellation «double» est employée pour des bières de type bière d'abbaye ou trappiste, dont la force est supérieure à la bière de référence (la blonde). Les brasseurs jouent sur la quantité des matières premières (sucre et malt) et donc de la densité du moût pour le futur taux d'alcool. Ainsi une bière double a une robe plutôt rousse ou brune, titre de 6 à 8% et est plutôt sucrée et maltée.
Double IPAImperial IPA (IIPA) ou Double IPA (DIPA) : ce terme qui s'apparente au mot imperial de Imperial Stout désigne une IPA plus chargée en malts, en houblons et donc en alcool. Au goût elle sera donc plus forte et plus amère qu'une IPA classique. On utilise aussi le terme de Double IPA qui peut ainsi rappeller la classification historique des bières d'Abbayes (enkel, dubbel, tripel, quadrupel).
DrêchesLorsque la conversion de l'amidon est complète, le brasseur filtre la partie liquide (moût) en le faisant tout simplement passer à travers les matières solides, c'est-à-dire le malt épuisé (enveloppe des grains, particules insolubles) qui se nomme maintenant les drêches et qui forment un véritable filtre naturel apellé gateau de drêches. Ces drêches sont ensuite rincées avec de l'eau chauffée à environ 80°C afin d'en extraire un maximum de sucre. Les drêches une fois séchées sont ensuite utilisées comme nourriture pour le bétail. Elles contiennent des protéines, des fibres et un peu d'amidon.

<< < Page précédente | Page suivante > >>

Retrouvez et suivez l'actualité Univers Bière sur la page Facebook et sur Instagram

  facebook  instagram  biere  money